lettresclassiques.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

21 fév. 2016

Ceux qui désirent autre chose

Le livre I des Satires d’Horace paraît en 35 ou 34 avant J.-C., alors que l’alliance entre Octave et Marc-Antoine commence à se fissurer. Pendant qu’il mène campagne en Illyrie, Octave laisse aux commandes de Rome et de l’Italie le richissime Mécène, l’un de ses plus sûrs hommes de confiance. Horace est, quoiqu’il ait été tribun militaire dans le camp républicain, avec son ami Virgile, l’un des poètes qu’il protège et soutient.

Les Satires sont en réalité, d’après leur titre original, des Sermōnēs — c’est-à-dire, bien qu’écrits en hexamètres dactyliques, des conversations enjouées et légères : le moraliste évoque le quotidien des Romains avec une réjouissante familiarité.

Nous livrons ici la première de ces satires, qui évoque d’une façon extrêmement vive, dans un style aussi mordant que séduisant, l’éternel mécontentement des hommes, qui trouvent que l’herbe est toujours plus verte dans le champ des voisins, à commencer par celui de l’avare.

Notre texte est macronisé et ponctué de la façon la plus suggestive possible, afin d’en rendre la lecture aussi naturelle que possible : le caractère presque sautillant de l’hexamètre d’Horace devrait être sensible, même aux latinistes les moins ferrés en versification.

Les difficultés liées à la langue ou au contexte culturel sont éclairées par une annotation choisie ; les mots absents des Mots Latins de Fernand Martin sont donnés, de sorte qu’on pourra se passer du Gaffiot et de ses chausses-trapes.

02 janv. 2016

Virgile et Du Bellay

Quand Du Bellay traduit Virgile...

27 oct. 2015

Roland et Patrocle

Nous avons donné, jeudi 15 octobre, au cours du colloque Voix, rythme et geste dans la poésie antique et moderne, en ouverture du spectacle Sosie et autre duos, un dialogue entre l'épopée grecque et l'épopée française, entre le chant XVI de l'Iliade et la première partie de la Chanson de Roland. Les rapprochements que nous avons choisis ont intéressé certains spectateurs, en particulier parce qu'ils étaient aussi enseignants. Pour répondre à leur curiosité, en voici le texte, où les extraits de l'Iliade sont traduits en hexamètres dactyliques français par Philippe Brunet, et ceux du Roland en décasyllabes épiques assonancés par votre serviteur.

27 déc. 2014

Les pleurs d'Ariane

Voici l'Ariane de Catulle (poème 64, vv. 132-201) où nous avons noté les longues, pour en faciliter la lecture. L'édition de 2010 a été revue et corrigée : quelques coquilles ont été supprimées, la ponctuation a été précisée et nous avons ajouté les lettres ramistes (-j- et -v-). Enfin, nous avons essayé d'en améliorer la lisibilité en y ajoutant quelques lettrines et alinéas.

09 mar. 2014

Karthāginem

Voici le fruit des dernières semaines : le chant I de l'Enéide, ponctué de neuf, macronisé, les élisions marquées. Nous lui avons aussi attribué un titre fort peu orthodoxe, ci-dessus. Remarquez aussi les intertitres qui proposent de voir une structure fort moderne dans ce chant, puisqu'ultra féminine: Junon, Vénus, Didon. Bonne lecture !

26 avr. 2012

Circé chez Ovide

Voici le chant 14 des Métamorphoses, macronisé à partir du texte de The latin library