Mes chers élèves,

pendant le confinement, voici de quoi s'occuper un peu. Nous avons déjà étudié ceci de notre très joli extrait de L'amitié de Cicéron :

Tālīs igitur inter virōs, amīcitia tantās opportūnitātēs habet, quantās vix queō dīcere. Prīncipiō, quī1 potest esse « vīta  vītālis », ut ait Ennius, quæ nōn in amīcī mūtuā benevolentiā conquiēscit ? Quid dulcius quam habēre quīcum omnia audeās sīc loquī ut tēcum ? Quī esset tantus frūctus in prosperīs rēbus, nisi habērēs quī illīs, æquē ac tū, ipse gaudēret ? Adversās vērō ferre difficile esset, sine eō quī illās — gravius etiam quam tū — ferret.
Dēnique, cēteræ rēs quæ expetuntur, opportūnæ sunt singulæ rēbus ferē singulīs : dīvitiæ, ut ūtāre, opēs, ut colāre, honōrēs, ut laudēre, voluptātēs, ut gaudeās,

Je vous invite à travailler sur la suite en recopiant... et en complétant l'étude ci-dessous, de «valētūdō, ut dolōre careās». Vous constaterez en effet qu'il manque certaines choses, remplacées par des points de suspension. Si vous avez besoin d'éclaircissements, n'hésitez pas à me contacter par le biais des discussions sur Pronote. J'espère vous donner la correction et la suite jeudi 26 mars.

Bien cordialement,