lettresclassiques.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

02 sept. 2015

Phèdre de Sénèque

La Phèdre de Sénèque est au programme du baccalauréat pour le latin en 2016 et 2017. Nous en avons sélectionné quelques extraits particulièrement frappants, dont on pourrait proposer l'étude à des élèves de Terminale. Les voyelles longues, comme d'habitude, sont notées; nous avons utilisé la typographie pour rendre sensible le mouvement des textes, en particulier pour les extraits longs. Ils pourront ainsi être facilement coupés pour que leur longueur soit abordable. Les voyelles élidées sont notées «en exposant», afin de faciliter la scansion à haute voix des sénaires iambiques, dimètres anapestiques et autres asclépiades mineurs.

Notez que ce type de présentation des textes est fort commode pour le baccalauréat : la quasi-absence de notes permet aux candidats de mettre en valeur leurs connaissances en en donnant pas le sentiment qu'ils se contentent de relire ce que l'appareil éditorial leur fournit.

On s'apercevra, à la lecture à haute voix, en latin, que Sénèque le tragique est beaucoup moins indigeste qu'il ne paraît l'être quand on le découvre en français dans une traduction universitaire — quoique nous n'ayons pas encore eu l'occasion d'éprouver celle de Florence Dupont.

P.S. le fichier .odt permettra à ceux qui le souhaitent de mettre en page ces textes comme ils le souhaitent, en particulier si les voyelles élidées en forme d'apostrophes ne leur plaisent guère.

30 août 2015

Petite chrestomathie de la philosophie latine (11)

Nous inaugurons ici, avec Lucrèce, une collection de textes utiles pour apprendre — une chrestomathie, donc — le latin et la philosophie. Elle couvrira l'ensemble de la latinité, du premier siècle avant J.-C. au XVIIe. En voici le programme provisoire, élaboré avec l'aide de quelques internautes philosophes :

I. Anciens

  1. Lucrèce, Dē rērum nātūrā, début du livre II 
  2. Cicéron, De officiīs, Dē amīcitiā ?
  3. Sénèque, Lettres à Lucilius
  4. Saint Augustin, chapitre X des Confessions, ou XI, IV, ch. 4
  5. Boèce, Consolation
  6. Jean Scot Erigène

II. Médiévaux

  1. Abélard
  2. Roger Bacon
  3. Saint Thomas
  4. Guillaume d'Ockham
  5. Anselme, chapitres II-III-IV du Proslogion
  6. Duns Scot

III. Humanistes

  1. Nicolas de Cues
  2. Marsile Ficin, In convivium, VI, 17
  3. Pic de la Mirandole
  4. Erasme
  5. Thomas More, L’Utopie
  6. Calvin

IV. Classiques

  1. Giordano Bruno, Le banquet des Cendres
  2. Gassendi
  3. Descartes, Meditationes, II, « Le morceau de cire »
  4. Spinoza, Traité théologico-politique, XX, 14-15 « Eloge de la liberté » ; incipit du Tractatus de Intellectus Emendatione.
  5. Locke, Epistola de Tolerantia
  6. Hobbes, Leviathan ou De Cive

Et voici Cicéron... Un passage sélectionné, la version alpha de notre édition de L'amitié.

Une lettre de Sénèque a déjà été sélectionnée ici :

Nous arrivons déjà au IVe siècle, avec Augustin d'Hippone — Saint Augustin pour les chrétiens. Nous avons choisi un extrait du livre X des Confessions, dans lequel Augustin s'étonne de la puissance de la mémoire.

Nous avons ainsi un (tout) petit ensemble de quatre textes pour initier à la philosophie en latin, utilisable en terminale, avec un texte majeur de chacun des philosophes majeurs de l'antiquité au sens strict. Ils sont ici rangés dans l'ordre chronologique. Si la difficulté de la langue y est décroissante, la longueur des extraits, en revanche, est croissante, de sorte qu'on peut les étudier dans l'ordre proposé.

Toute petite chrestomathie de la philosophie latine

Voici le cinquième auteur et donc le cinquième texte de l'ouvrage : Boèce s'interroge sur la recherche de la vérité, en dimètres anapestiques.

Nous arrivons au IXe siècle, et, avec la renaissance carolingienne, à la toute fin de ce que nous considérons  comme l'antiquité tardive, en étirant quelque peu cette période, où le latin est la seule langue de culture de l'Europe occidentale, où les Européens se revendiquent encore tous de l'héritage romain. Jean Scot Erigène est le dernier jalon de cette antiquité-là. Le Periphyseon est son œuvre majeure. Dans l'extrit que nous avons choisi, il évoque ce que la raison peut dire de Dieu.

Et de 7 ! Voici le fameux extrait du Proslogion d'Anselme de Cantorbéry, qui prétend apporter la démonstration dite ontologique de l'existence de Dieu.

Nous arrivons maintenant au XIIe siècle, avec Abélard. La partie proprement philosophique de ce récit est assez réduite, mais très importante au plan de l'histoire de la philosophie, et le texte est très intéressant pour entrevoir dans quelles circonstances la philosophie peut se faire.

Thomas d'Aquin est probablement le philosophe chrétien du Moyen Âge le plus important. Il s'attaque ici à la question de la vérité, en suivant Aristote (Philosophus), Avicenne et Augustin :

Le texte suivant, extrait de la Summa Logicæ, met en œuvre le fameux «rasoir d'Ockham» (qui n'est pas d'Ockham), à propos des vocables de «première» et de «seconde» intention :

Nous continuons avec un extrait de l'Opus Mājus de Roger Bacon, qui n'offre peut-être pas une très grande profondeur philosophique, mais permet d'introduire de façon légère les questions sur le langage dans le contexte médiéval. Il faut connaître les langues, dit le Doctor Mīrābilis.

Nous arrivons au terme de la première partie de notre chrestomathie philosophique, avec un extrait assez ardu du doctor subtilis : Duns Scot. Qu'est-ce qui fait l'individualité d'un individu dans son espèce ?

Et voici l'ensemble des douze premiers textes, qui couvrent l'ensemble des périodes antique et médiévale :

16 avr. 2015

Imprécations de Médée

Quel bonheur de lire une scène d'exposition qui n'expose rien sinon la fureur ! Encore un texte macronisé, mis en page et ponctué de neuf.

P.S. Les voyelles placées en exposant sont «élidées»; celles qui sont placées en indice, en quelque sorte, ne comptent pas : tout se passe comme si elles permettaient à la consonne qui précède de faire position. La voyelle brève qui précède compte alors comme une longue: c'est une façon de montrer qu'on a deux brèves à la place d'une longue, soit au temps fort, soit au temps faible. Il s'agit de faciliter la lecture pour anticiper les temps composés de deux brèves.

P.P.S Avez-vous remarqué que le sénaire est ici un trimètre ? Les pieds pairs ne sont jamais condensés (leur premier temps est toujours constitué par une brève.)

03 avr. 2015

De l'art de perdre son temps

Quiquid retrō est mors tenet... La très fameuse première lettre à Lucilius, elle aussi macronisée, ponctuée de neuf, et pourvue de titulī. On peut elle aussi la présenter au bac de latin, dans le même chapitre « Interrogations philosophiques ».

01 avr. 2015

Méthodes pour la lecture

L'ami Sénèque propose aux latinistes d'apprendre à lire, en faisant face à la multitude des livres. La deuxième lettre à Lucilius est ici macronisée, ponctuée de neuf, mise en page et pourvue de titulī pour les élèves qui le présenteront au baccalauréat. Bonne lecture !