Suite du billet précédent. Il s'agit du plan de mon commentaire, que j'élabore peu à peu en suivant la méthode que je vous ai proposée.

La première moitié de la page contient les notes pour mon introduction

  • Oh ! j'ai oublié de donner le TYPE du poème. [Vous auriez pu ici commencer par noter qu'il s'agit d'un poème composé de seize quatrains d'alexandrins et d'hexasyllabes (vers de six syllabes — gr. ἔξ = hex : "six", comme dans "hexagone") mêlés, où les rimes sont croisées (abab).] Ce n'est pas grave : ce n'est pas, à mon avis, le plus important ! Le plus important, c'est la suite :
  • J'ai donné ensuite le PLAN du texte, dont je vous ai montré hier comment je l'ai construit.
  • J'ai indiqué ensuite {1. Les thèmes principaux du texte} {2. L'idée générale du texte, que j'ai pu formuler en relisant le plan que j'ai construit — ce qui est, tout simplement, une façon de relire le texte de façon globale !}. J'ai dès lors vu pourquoi globalement ce poème est une façon originale de traiter les thèmes de l'amour et du temps qui passe; ce qui me permet de poser le problème que va tenter de résoudre mon commentaire ou mon explication.
La seconde moitié de la page contient le début de mon explication linéaire. Vous remarquerez que j'ai essayé de distinguer la paraphrase du texte de son commentaire, en "surlignant" ce que je dis du texte, mon commentaire du contenu du texte. Vous remarquerez aussi que j'ai écrit "Intro" non pour signaler où se trouve mon introduction, mais où se trouve mon commentaire de ce que j'appelle l'introduction du poème: le premier quatrain, où Lamartine demande, en somme : "Peut-on arrêter le temps?".
Le travail que vous pouvez faire maintenant pour progresser : rédiger le commentaire qui correspond aux notes ici transmises. Je vous mets un corrigé de cela ici demain ou après-demain, si je puis en trouver le temps.
Bien cordialement,
Votre professeur de lettres