lettresclassiques.fr

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

30 mar. 2020

Le Lac (3)

Chers élèves de 1re générale,

voici la 3e étape du travail que je vous propose sur Le Lac de Lamartine. Ce sont des notes d'explication linéaire, qui permettent aussi de rédiger un commentaire littéraire. Menez l'enquête comme dans une série policière et essayez de comprendre le plus possible quelles sont les idées que je veux développer dans cette explication, et ce que je veux vous faire remarquer pour vous aider à comprendre et à connaître le poème de Lamartine, avant que je vous en propose un commentaire rédigé qui sera une version écrite d'une explication orale.

Vous aurez compris aussi sans doute que je vous demande en même temps d'apprendre le plus possible par cœur le poème de Lamartine, avec l'aide de cette explication — parce que, comme je le répète tout le temps, le but n'est pas connaître ce que dit votre professeur sur Lamartine, le but est de connaître ce que dit Lamartine... et de le connaître avec son propre esprit, c'est-à-dire, d'une façon ou d'une autre, par cœur.

Cordialement,
M. Lakshmanan

27 mar. 2020

Apollinaire, un peintre extrêmement moderne ?

Chers élèves de 1re,

pour vous aider à progresser à la fois dans votre compréhension du recueil d'Apollinaire et pour mieux maîtriser l'exercice de dissertation sur œuvre, je vous joins le corrigé que j'ai fait pour la très bonne copie de l'une de vos camarades, et que vous pourrez consulter sur Pronote.

Cordialement,
Votre professeur de Lettres.

au/aux (2)

Chers élèves de 2de,

voici le corrigé du travail d'orthographe que je vous ai demandé, avec des précisions telles que je vous ai demandé de les chercher sur les auteurs utilisés. Faites ensuite l'exercice 2, dont vous avez ici le corrigé, presque en entier, avec quelques explications.

Encore une fois, je vous conseille d'essayer de les faire soigneusement par vous-même, avant de consulter la correction : vous progresserez davantage si vous mettez en route votre cerveau. Mais il est vrai que l'exercice est à la fois facile — pour choisir entre «au» et «aux» et difficile, dans la mesure où les phrases de La Rochefoucauld sont souvent assez difficiles à comprendre: c'est pourquoi vous avez le droit de consulter ma correction, après avoir essayé de faire chaque phrase par vous même.

Vous pourrez ensuite faire les exercices 3 et 4 entièrement tout seul : je ne pense pas qu'ils présentent de grosses difficultés. Concentrez-vous pour bien choisir entre l'article contracté singulier et le l'article contracté pluriel; surtout concentrez-vous pour copier l'ensemble de la phrase sans aucune faute, en cherchant à comprendre son sens, à vous représenter ce que veut dire l'auteur, à vous imaginer que c'est vous qui écrivez la phrase en question.

Évidemment, ensuite, ce serait une bonne idée d'aller lire l'un ou l'autre des livres dont ces textes sont tirés : Camus, L'étranger ; Voltaire, Zadig ; La Rochefoucauld, Maximes...

Cordialement,

Votre professeur de Lettres.

Etude du vocabulaire d'Horace

Chers élèves de 2de,

voici comme promis du travail sur un autre domaine : le vocabulaire. C'est vraiment très important pour progresser en français : apprendre le français, c'est d'abord apprendre les mots français. Je vous avais déjà indiqué, avant le confinement, que vous deviez choisir vingt mots difficiles dans Horace, pour en mener l'étude que vous deviez me rendre dans le DM. Je vous demande maintenant de continuer cette étude, pour davantage de mots. Pour lundi prochain, le 30 mars, essayez de terminer l'étude telle que je vous la propose. Si ce n'est déjà fait, recopiez l'étude des sept premiers mots qui m'ont paru intéressants dans le début de la première scène, comme je l'ai faite dans la première page du fichier ci-dessous, en donnant : la nature du mot; le contexte dans lequel vous l'avez trouvé; la définition qui convient dans ce contexte avec éventuellement des synonymes; s'il y en a, un ou plusieurs antonymes ; s'il y en a, des mots de la même famille. Utilisez le dictionnaire; veillez à ne pas faire de fautes en copiant... mais surtout, réfléchissez bien pour choisir la bonne définition sans tout copier : il faut choisir la définition qui convient dans le contexte !

Vous progresserez à deux conditions : d'une part, si vous travaillez ; d'autre part si vous travaillez AVEC votre intelligence. Cherchez vraiment à comprendre le sens de la phrase ou du morceau de phrase d'où vous avez tiré le mot à étudier ! Vous avez le droit de vous tromper, d'hésiter; mais il faut absolument réfléchir ! C'est en réfléchissant que vous deviendrez de plus en plus intelligent !

J'essaie de vous proposer ici un corrigé aussi rapidement que possible.

Cordialement,

Votre professeur

24 mar. 2020

au/aux

Chers élèves de 2de,

pendant le confinement, voici de quoi vous occuper aussi intelligemment que possible. Je vous propose ici, outre les lectures suggérées sur l'ENT, un peu de travail d'orthographe, à placer dans le DM que vous pourrez me rendre à la fin du confinement. [Vous pourrez bien sûr m'en envoyer des pages par le biais de Pronote si vous le souhaitez ! N'hésitez pas non plus à me poser des questions par ce même biais, dans les "discussions"].

Ce serait bien de commencer par la fiche sur "au" et "aux", problème fréquent dans les copies de lycée. Elle se trouve dans votre Premier cahier d'orthographe française. Faites-la comme je vous l'ai appris, et comme je vous en donne l'exemple ci-dessous.

Pour l'exercice 1, je vous conseille de ne pas copier directement la correction, mais de le faire par vous-même : ce sera un peu plus intéressant. Je vous invite aussi à vous renseigner sur les auteurs dont sont tirés les phrases (Paz, Sainte-Beuve...) : ainsi vous ne perdrez pas votre temps parce que vous vous serez cultivé... et vous comprendrez sans doute un peu mieux de quoi il s'agit : le sens de ces phrases n'est en effet pas forcément évident ! Pensez aussi à chercher le sens des mots que vous ne connaissez pas dans le dictionnaire : c'est l'occasion d'accroître votre vocabulaire !

Et surtout, n'oubliez pas : écrivez chaque phrase entièrement, en cherchant à la comprendre, en veillant attentivement à l'orthographe de chaque mot, à la ponctuation.

Je reviens vers vous d'ici deux jours pour la suite de ce travail d'orthographe, et pour les autres domaines du cours de français. Bien cordialement,

Votre professeur de Lettres.

Le Lac (2)

Suite du billet précédent. Il s'agit du plan de mon commentaire, que j'élabore peu à peu en suivant la méthode que je vous ai proposée.

La première moitié de la page contient les notes pour mon introduction

  • Oh ! j'ai oublié de donner le TYPE du poème. [Vous auriez pu ici commencer par noter qu'il s'agit d'un poème composé de seize quatrains d'alexandrins et d'hexasyllabes (vers de six syllabes — gr. ἔξ = hex : "six", comme dans "hexagone") mêlés, où les rimes sont croisées (abab).] Ce n'est pas grave : ce n'est pas, à mon avis, le plus important ! Le plus important, c'est la suite :
  • J'ai donné ensuite le PLAN du texte, dont je vous ai montré hier comment je l'ai construit.
  • J'ai indiqué ensuite {1. Les thèmes principaux du texte} {2. L'idée générale du texte, que j'ai pu formuler en relisant le plan que j'ai construit — ce qui est, tout simplement, une façon de relire le texte de façon globale !}. J'ai dès lors vu pourquoi globalement ce poème est une façon originale de traiter les thèmes de l'amour et du temps qui passe; ce qui me permet de poser le problème que va tenter de résoudre mon commentaire ou mon explication.
La seconde moitié de la page contient le début de mon explication linéaire. Vous remarquerez que j'ai essayé de distinguer la paraphrase du texte de son commentaire, en "surlignant" ce que je dis du texte, mon commentaire du contenu du texte. Vous remarquerez aussi que j'ai écrit "Intro" non pour signaler où se trouve mon introduction, mais où se trouve mon commentaire de ce que j'appelle l'introduction du poème: le premier quatrain, où Lamartine demande, en somme : "Peut-on arrêter le temps?".
Le travail que vous pouvez faire maintenant pour progresser : rédiger le commentaire qui correspond aux notes ici transmises. Je vous mets un corrigé de cela ici demain ou après-demain, si je puis en trouver le temps.
Bien cordialement,
Votre professeur de lettres

23 mar. 2020

Le Lac (1)

Chers élèves de 1re Générale,

vous avez eu, par le biais de Pronote, le sujet qu'il était prévu de vous donner pour le bac blanc de mardi dernier. Pour vous aider à étudier le poème de Lamartine, je vous suggère de faire comme je le fais quand j'étudie un poème. Comme vous pourrez le voir ci-dessous, j'ai commencé par le copier à la main, dans les quelques moments de disponibilité que j'ai pu trouver. Je vous conseille vivement de faire de même. Pensez évidemment aussi à chercher le sens des mots ou des expressions qui vous sont inconnus ou obscurs.

Après m'être ainsi approprié quelque peu le poème, je me suis efforcé d'établir un plan du poème, avec mes crayons de couleur. Ce plan est un peu incomplet, et tout à fait imparfait; mais il permet de mieux saisir le mouvement du poème. Vous pourriez, si vous ne l'établissez pas entièrement à votre façon, le compléter, en donnant un titre au grand II.

Ensuite vous pouvez essayer d'expliquer pourquoi ce texte mérite d'être étudié, en disant, après avoir dit sommairement ce qu'il contenait, si son intérêt est dès lors évident ou pas. S'il l'est, quel peut être l'objet du commentaire ?

  • Lac_Lamartine_plan.pdf (sur smartphone Androïd, vous téléchargerez plus facilement avec Chrome qu'avec Firefox)
Confinez-vous bien; bon courage ! Bien cordialement,
M. Lakshmanan
P.S. Le sujet :

Tālīs inter virōs...

Mes chers élèves,

pendant le confinement, voici de quoi s'occuper un peu. Nous avons déjà étudié ceci de notre très joli extrait de L'amitié de Cicéron :

Tālīs igitur inter virōs, amīcitia tantās opportūnitātēs habet, quantās vix queō dīcere. Prīncipiō, quī1 potest esse « vīta  vītālis », ut ait Ennius, quæ nōn in amīcī mūtuā benevolentiā conquiēscit ? Quid dulcius quam habēre quīcum omnia audeās sīc loquī ut tēcum ? Quī esset tantus frūctus in prosperīs rēbus, nisi habērēs quī illīs, æquē ac tū, ipse gaudēret ? Adversās vērō ferre difficile esset, sine eō quī illās — gravius etiam quam tū — ferret.
Dēnique, cēteræ rēs quæ expetuntur, opportūnæ sunt singulæ rēbus ferē singulīs : dīvitiæ, ut ūtāre, opēs, ut colāre, honōrēs, ut laudēre, voluptātēs, ut gaudeās,

Je vous invite à travailler sur la suite en recopiant... et en complétant l'étude ci-dessous, de «valētūdō, ut dolōre careās». Vous constaterez en effet qu'il manque certaines choses, remplacées par des points de suspension. Si vous avez besoin d'éclaircissements, n'hésitez pas à me contacter par le biais des discussions sur Pronote. J'espère vous donner la correction et la suite jeudi 26 mars.

Bien cordialement,

04 déc. 2019

Pourquoi l'Apollinaire d'Alcools est-il antique et moderne à la fois ?

La dissertation sur œuvre est l'une des nouvelles épreuves du baccalauréat 2021, que subiront les élèves de 1re générale en 2020, lors des épreuves anticipées.  Que peut être une telle dissertation ? Nous proposons ici le corrigé d'une dissertation donnée à nos élèves de 1re. Nous essayons de leur y montrer comment ils peuvent composer une dissertation en s'appuyant sur le nombre limité de textes que nous leur avons demandé de connaître par cœur :

  1. Le plan semi-détaillé de «Zone» ;
  2. 12 vers dans les 130 premiers vers de «Zone». Bon, je triche un peu là, parce que je les connais tous ;
  3. Les 12 derniers vers de «Zone», que nous expliqués en classe ;
  4. "Le pont Mirabeau", expliqué en classe ;
  5. "Chantre", expliqué en classe ;
  6. "La blanche neige", expliqué en classe ;
  7. Un poème au choix. (J'ai pris «La Loreley») ;
  8. Quelques autres vers au choix. (Pas forcément encore connus, mais pris dans le recueil, puisque c'était un devoir fait à la maison).
Le devoir est un peu trop long : un excellent devoir aurait pu proposer un peu moins d'analyses; on aurait pu par exemple en sélectionner une seule par sous-partie. Il comporte aussi beaucoup d'imperfections ; mais il nous semble que c'est le lot de ce genre de travail. Que les lecteurs cependant n'hésitent pas à nous proposer des corrections pour aller vers davantage de clarté !
Le second fichier constitue une trace du travail préparatoire à faire au brouillon avant de rédiger : inventio (recherche des idées), puis dispositio (construction du plan).

11 mai 2019

La composition du Débat de Folie et d'Amour de Louise Labé

Je viens fournir ici une pièce supplémentaire en faveur du plan du texte, qu'on néglige beaucoup, beaucoup, beaucoup trop dans l'enseignement des lettres nowadays. J'essaie de montrer ici trois choses : d'une part, que l'établissement du plan du texte est un outil très efficace pour préparer l'explication d'un texte — et je parle d'une véritable explication littéraire, qui ne se contente pas de paraphraser platement, mais qui montre l'intérêt du texte ; d'autre part, qu'on peut présenter une explication de texte qui suit le mouvement du texte, et s'interdit de l'équarrir comme le font pratiquement tous les commentaires dits composés ; enfin qu'il existe une forme de bachotage intelligente, quand il s'agit de connaître le contenu d'une œuvre : apprendre par cœur le plan d'un livre, c'est à la fois se donner une véritable culture et se donner les moyens de réfléchir. Connaître ce plan et avoir fait vraiment la rencontre de l'œuvre à travers une lecture personnelle, c'est évidemment accroître véritablement sa culture ; mais aussi, connaître ce plan sans avoir vraiment lu toute l'œuvre — comme peut le faire un bachoteur paresseux —, c'est commencer à rencontrer vraiment l'œuvre et ce qu'elle dit d'intéressant : c'est beaucoup moins mauvais que de se contenter d'apprendre par cœur des listes de figures de style, des fiches de méthodologie, des concepts de narratologie ou de typologie des discours, des genres, registres et mouvements littéraires.

Je rêve que la contrainte des œuvres imposées fasse la pencher la balance du bachotage de ce côté-là — parce que pour ce qui est de l'existence du bachotage, je ne rêve pas : il y a un bac, il y aura du bachotage, quel que soit le programme, quelles que soient les épreuves.

Il s'agit du Débat de Folie et d'Amour de Louise Labé :

09 avr. 2019

Ça commence par le début...

Voici une version du structuralisme fort peu canonique... Un moyen mnémotechnique pour écrire l'entame d'un récit — ce que les pédants appellent incipit. A vous de retrouver cependant à quelles œuvres et à quels auteurs sont empruntés ces dix débuts de récit, qu'on peut apprendre par cœur...

13 mar. 2019

Débat de Folie et d'Amour

Louise Labé

Débat de Folie et d’Amour


En 1555, Louise Labé fait paraître chez Jean de Tournes son unique livre, intitulé Œuvres. Elle y est présentée comme la « nouvelle Sappho », à cause en particulier lasaisissante série des vingt-quatre sonnets que chacun connaît. Mais avant ses poèmes, elle a fait insérer un texte très étrange et très passionnant, un véritable petit bijou : le  Débat de Folie et d’Amour.
Apollon et Mercure, qui se font les avocats de Cupidon et de la déesse « Folie », proposent une vision de l’amour sur lesquelles Jupiter vient trancher in fine. « L’érudite gaillardise » dont fait preuve ici celle qu’on appela « La belle cordière » donne à voir les qualités d’un très délectable et très plaisant humanisme au féminin, au moment où la Renaissance française allait s’abîmer dans les guerres de religion. Mais la légèreté de Louise Labé n’est que la forme dont s’empare le véritable grand sérieux quand il veut vraiment connaître l’homme dans sa complexité : le divin Banquet auquel nous convie la poétesse lyonnaise parle d’amour avec une ivresse plus réjouissante encore que celle d’Aristophane au Banquet de Platon.
La Nouvelle Bibliothèque Humaniste en propose une édition entièrement nouvelle dont l’orthographe est modernisée, où les particularités de la langue du XVIe siècle sont éclaircies, pour rendre ce texte extraordinaire accessible à tous. Feuilletez-le et achetez-le ici : Débat de Folie et d’Amour.

10 mar. 2019

La Nouvelle Bibliothèque Antique : un nouveau souffle pour les textes antiques

Pourquoi une nouvelle édition du Dē amīcitia ?

Pour se la procurer :
Nos marque-page, tableaux de déclinaison et de conjugaison avec les longues :

05 déc. 2018

Plan du Comte de Monte-Cristo

Pour y voir un peu plus clair dans le merveilleux enchevêtrement que constitue Le comte de Monte-Cristo, nous vous proposons ci-dessous un plan de l'ensemble de l'œuvre. Même s'il est très discutable et améliorable, il permet de s'y retrouver pour relire et analyser la construction de l'intrigue, pour se l'approprier et être capable de raconter à sa façon l'histoire — quel plus grand plaisir que de pouvoir raconter une histoire ? Et enfin, après nous être emparé de cette structure narrative, nous pourrons l'utiliser, la transposer, la plagier, la reprendre, la métamorphoser pour raconter nos propres histoires.

12 oct. 2018

Parution du Dē Amīcitiā

Le texte que nous publiâmes ici naguère sous forme électronique, entièrement revu et corrigé est paru et est disponible dans la collection «Nouvelle Bibliothèque Antique». Les quelques coquilles qui demeuraient ont été corrigées; la ponctuation a de nouveau été révisée pour faciliter la tâche du lecteur. Il est ainsi utilisable pour le latiniste expérimenté qui veut avoir le plaisir de lire apertō librō ; il est utilisable par les étudiants qui ont acquis les bases de la langue latine pour fluidifier leur connaissance du latin. D'une part parce que le lecteur, s'il lui manque tel ou tel mot de vocabulaire, sera assuré de le trouver dans Les mots latins de Martin et pourra se passer du Gaffiot : les quelques mots qu'on ne peut trouver dans le lexique de F. Martin sont donnés en note. Ainsi, en fréquentant régulièrement le dictionnaire en réduction que constitue Les mots latins, le lecteur pourra fixer dans sa mémoire en les localisant les mots qu'il apprendra — alors que la géographie d'un ouvrage complet comme le Gaffiot est en quelque sorte inaccessible à la mémoire. C'est pourquoi nous recommandons vivement aux étudiants qui utiliseront notre ouvrage de travailler le texte de Cicéron avec, à leurs côtés, uniquement une grammaire — par exemple, Le précis de grammaire latine de Thomas et al., voire L'abrégé de grammaire latine des mêmes — et, donc, l'ouvrage de F. Martin. Ils gagneront évidemment à tenir aussi un carnet de lecture personnel où ils copieront certains passages, en traduiront d'autres, noteront le vocabulaire ou les tournures grammaticales qu'ils souhaitent retenir, ainsi que les réflexions qui pourront leur venir à lecture de la prose cicéronienne.

Ceux qui ont le goût de la restitution essaieront peut-être d'entendre le rythme de la période cicéronienne, rendu très accessible par la présence des macrons, et sans doute aussi par notre ponctuation. Peut-être même les plus passionnés en étudieront-ils le système de clausules. Quoi qu'il en soit, leur présence permettra de distinguer immédiatement les faux homonymes : occīdit et occidit, manus et manūs, collega et collegā, amantis et amantīs, etc. Ainsi, avec en plus une ponctuation très précise et presque surabondante, l'étudiant apercevra presque immédiatement les structures syntaxiques et se mettra un peu dans la peau d'un lecteur latin d'un texte latin, qui en saisit intuitivement les structures et les significations. Nous savons bien que le lecteur moderne n'a pas été nourri, comme César et Cicéron, et tous les petits Marcus et Gaius du Ier siècle, dès l'enfance par la langue latine : il lui faut des béquilles pour construire cette intuition. Ces béquilles sont la grammaire, le travail du vocabulaire... et, en l'espèce, notre appareil critique et diacritique. La présence des titulī d'autre part, est de nature à rassurer le lecteur inquiet d'avoir bien compris ce qu'il explore : ils constituent une première approche plus facile, parce que réduite, du paragraphe qu'il s'apprête à lire — ou une confirmation qu'il a bien compris celui qu'il vient de lire.

On notera une innovation typographique que nous proposons : si l'utilisation des lettres ramistes, quoique universitairement incorrecte, est très traditionnelle, nous avons précisé que l'-i- consonne intervocalique était en latin toujours géminé par un -ĵ- : eĵus, prononcé ['e:jjus].

Vous pouvez donc vous procurer cette édition entièrement en couleurs ici :

P.S. : J'ajoute ici la bibliographie que par mesure d'économie je n'ai pas jointe à l'édition papier du livre :

20 mai 2018

Quelques vers de Ménandre

Le Grincheux de Ménandre est au programme du baccalauréat en grec ancien. Cela me donne l'occasion de vous proposer une traduction, en sénaires iambiques,et un commentaire des premiers vers de la pièce, afin d'apercevoir un peu mieux son caractère comique, souvent dissimulé par des traductions un peu trop sérieuses et des commentaires peut-être un peu trop intellectuels.

C'est en outre l'occasion de montrer pourquoi un commentaire qui suit le mouvement du texte est toujours idoine.

11 fév. 2018

L'Énéide

Les plus désespérés sont les chants les plus beaux. Si nous suivons Musset, le chant IV de l’Énéide de Virgile — qui raconte les amours d’Énée et de Didon, et la fin terrible de celle qu’on appelle aussi Élissa, reine de Carthage — en est non seulement le plus célèbre, mais aussi, probablement, le plus beau. Mais qui peut en profiter ? Les traductions françaises qu’on en a, mise à part celle de Du Bellay, ne parviennent pas à rendre justice au texte de Virgile, à en rendre l’incroyable vigueur.
Pour entendre Virgile, pour entendre Didon, il faut aller aussi directement que possible à la source. Or, même pour un très bon latiniste, la lecture cursive de l’épopée virgilienne dans le texte reste chose bien ardue. Nous avons voulu qu’elle devienne possible grâce à quelques artifices et béquilles destinés aux malheureux qui n’ont pas eu la chance de naître en Italie à l’époque de César et Cicéron, en nous appuyant sur la grammaire et notre expérience d’aède, de jongleur, de diseur de vers.

Ainsi les voyelles longues sont-elles marquées d’un macron, qui facilitera la restitution de l’hexamètre et l’analyse grammaticale, qui pourra se faire aussi intuitivement que possible. Les voyelles et diphtongues « élidées » sont notées en exposant, afin de permettre une lecture rythmée de l’hexamètre plus facile — même si nous croyons que « l’élision » n’implique pas forcément de disparition réelle de la voyelle : elle peut se réaliser à la pause, comme l’-e de la césure épique dans la chanson de geste.
Suivant une longue tradition, nous séparons le chant en ensembles de vers qui offrent une cohérence sémantique ; ils apparaissent comme des « laisses » de la chanson de geste, marquées par une lettrine, elles-mêmes organisées le plus souvent en deux ou trois sous-ensembles, de sorte que la structuration typographique accompagne le souffle du lecteur.
Nous proposons aussi une ponctuation aussi sensible que possible, qui offre des clés supplémentaires et immédiates pour l’analyse de la phrase ; en particulier, nous avons essayé de séparer les groupes de mots qui sont syntaxiquement et sémantiquement immédiatement intelligibles pour l’intuition, en particulier dans les vers où Virgile joue de la séparation poétique entre le nom ou le pronom et l’adjectif.
Enfin, nous nous sommes livré à la marotte que nous défendons dans notre thèse de doctorat, en colorisant les temps verbaux, afin que le lecteur sente mieux les variations d’attitude du locuteur relativement à ce qu’il raconte. Ce faisant, nous lui facilitons par-dessus le marché l’analyse : la structure de la proposition lui saute ainsi directement aux yeux.

En outre, les principales difficultés liées à la langue ou au contexte culturel sont éclairées par une annotation choisie.

Notre édition de l'Énéide avance... nous sommes au chant IV. Nous plaçons ici aussi les fichiers odt, de sorte que ceux qui veulent se débarrasser de certains de mes artifices typographiques puissent le faire.

06 fév. 2018

Grec ancien, maîtrise de la langue française et interdisciplinarité.

Quand on étudie le grec ancien, les liens, ponts, fenêtres et portes vers les autres disciplines se font tout naturellement...

22 janv. 2018

Cicéron

Nos éditions des textes de Cicéron :

  1. L'exorde de la première Catilinaire de Cicéron, avec les longues:

  2. L'édition de la troisième philippique destinée à la déclamation : les voyelles longues par nature y sont notées, grâce à l'aide du logiciel de Gilles de Rosny. C'est le texte qui a été dit à Grenoble le 28 janvier pour l'équipe "Rare" de l'université Stendhal. La ponctuation et la mise en page ouvrent la voie à une lecture — compréhension et déclamation — plus accessible et naturelle:
  3.  Notre édition complète et annotée du Dē amīcitiā:

15 janv. 2018

La dissertation au niveau du bac

La dissertation est un exercice difficile, mais pas plus difficile que le commentaire. Il demande seulement un peu de culture, un peu de réflexion, et de savoir écrire en français. Le corrigé ci-joint d'un sujet de bac peut le montrer assez aisément. Le corrigé est partiel : il s'agit de laisser de l'espace pour le travail et la réflexion des élèves.

- page 1 de 7